Incertitudes à court terme mais fortunes à long terme

stocks list


Tout au long du troisième trimestre, il y a eu une sorte de retournement dans les échanges de reflation, alors que les inquiétudes concernant le pic de la croissance mondiale persistaient, ainsi que la propagation continue de la variante Delta. Pourtant, malgré cela, la vie après le verrouillage se poursuit alors que les taux de vaccination augmentent dans le monde et que les dernières inquiétudes en provenance de Chine ont catalysé les principaux stocks américains pour connaître une baisse de 5% des ATH pour la première fois depuis octobre dernier, reste encourageant.

Le soi-disant moment Lehman de la ChineÀ la fin du troisième trimestre, l’accent mis par le marché sur le promoteur immobilier endetté Evergrande s’était considérablement accru, certains l’appelant le moment Lehman China. Cependant, à en juger par la mauvaise performance des obligations chinoises à haut rendement par rapport à la dette de qualité supérieure, cela ne semble pas être le cas et ressemble plutôt à un événement de crédit domestique. Néanmoins, le sentiment jouera bien sûr son rôle et vous pouvez vous attendre à ce que des effets d’entraînement influencent les marchés boursiers mondiaux, mais un événement de risque systémique généralisé semble être quelque peu exagéré. Inutile de dire que le quatrième trimestre s’annonce comme un trimestre plus volatil.

Le tapering global en cours : Les banques centrales deviennent agressives, la Fed a annoncé qu’elle allait probablement réduire les achats d’actifs à partir de novembre, ce qui verra son bilan osciller autour de 8 500 milliards de dollars avant la fin des achats d’actifs au milieu de l’année prochaine. Pendant ce temps, la Norges Bank est devenue la première banque centrale du G10 à relever ses taux d’intérêt, et la RBNZ suivra peu de temps après, tandis que la BoE a alimenté les attentes selon lesquelles elle resserrera sa politique plus tôt que les marchés ne l’avaient anticipé. En tant que tel, avec le ralentissement de la liquidité des banques centrales mondiales, les rendements obligataires mondiaux seront surveillés de près pour une mini crise, qui, le cas échéant, représente un risque marginal pour les marchés actions d’ici le début du trimestre.

Cependant, malgré cela, les stocks ne suivraient que leur trajectoire habituelle (Figure 1).

Cela dit, la trajectoire de moindre résistance reste plus élevée pour les marchés d’actions à long terme. Aux États-Unis, les démocrates cherchent à adopter un autre plan de relance budgétaire pour garder les perspectives brillantes. De plus, les contraintes de la chaîne d’approvisionnement qui ont influencé la dynamique de l’activité économique se modéreront et permettront ainsi aux données économiques de rétablir une base solide.

Source : Réfinitiv





Lien vers la source