La BCE va ralentir l’euro car sa politique a des limites de séquence – TDS

stocks list


Dans certaines régions, un ajustement plus précoce est plus plausible que d’autres. De l’avis des stratèges de Valeurs Mobilières TD, le Banque d’Angleterre (BoE) est sans aucun doute l’un d’entre eux. La Banque du Canada (BdC) risque également de se resserrer plus tôt. Ensuite, il y a certaines banques centrales où un resserrement agressif des prix autour des courbes semble plus déraisonnable. Ceci comprend la Banque centrale européenne (BCE).

BoE et BoC premiers à se resserrer

« Nous pensons que certaines banques centrales sont plus à risque d’agir « tôt » que prévu. La BoE est sans aucun doute l’une d’entre elles. »

« Les performances supérieures de la CAO ont été largement basées sur et même étendues à certains endroits. Cela pourrait créer un risque de refoulement la semaine prochaine. BdC réunion si la réunion n’est pas assez dure.

« Ensuite, il y a certaines régions où il y a eu des inconvénients au sein de la communauté des banques centrales et donc propices au bluff du marché. La RBA est celle qui se démarque, car la banque centrale a été assez catégorique pour maintenir les taux officiels inchangés dans un avenir prévisible. »

« Ensuite, certaines banques centrales ne sont pas tout à fait là pour répondre aux attentes du marché. Ici, la BCE vient à l’esprit. La réalité est que, dans un scénario raisonnablement agressif, la BCE ne sera pas en mesure de mettre fin au QE avant la fin de l’année prochaine, ce qui place 2023 (probablement le second semestre) comme un scénario de risque d’ajustement. En fin de compte, ce contexte de banque centrale laisse l’euro assez lent dans l’ensemble. »

.



Lien vers la source