La hausse des rendements américains n’aide toujours pas à stimuler le dollar américain

stocks list


C’est la fin du mois, donc les signaux peuvent être faussés, mais gardez un œil attentif sur les obligations.

Le rapport du PCE aurait pu déclencher une opération “d’inflation maximale”, mais ce n’est pas le cas. Au lieu de cela, le marché se concentre davantage sur l’indice du coût de l’emploi du premier trimestre, qui a atteint son plus haut niveau depuis 1990.

Avec cela, les rendements américains à 2 ans ont atteint un sommet de séance de 2,75 %, en hausse de 11 points de base sur la journée. Si cela se maintient, ce serait un nouveau cycle se clôturant à des sommets et pas trop loin du sommet intrajournalier de 2 789 % établi la semaine dernière. Que les rendements obligataires puissent rester aussi élevés malgré la tourmente des actions est inquiétant pour les actifs à risque.

Cela devrait également soutenir l’offre de dollars, bien que nous ne le constations pas pour le moment. Cela pourrait aussi être une caractéristique de fin d’année ou le grand bond que le dollar a déjà fait.

Le prochain catalyseur pour les marchés sera l’ouverture de la Bourse. Les contrats à terme sur le S&P 500 sont en baisse de 43 points.



Lien vers la source