Le FOMC entame sa session de 2 jours – à quoi s’attendre ?

stocks list


Le FOMC se réunit mardi et mercredi de cette semaine et publiera son communiqué post-réunion mercredi à 19h00 GMT. Le marché anticipe largement unen accélération du rythme de réglage ça finira nouveaux achats pour marset il cherchera des signes sur le calendrier d’éventuelles hausses de taux. La Fed devrait accélérer la réduction à $30 milliards par mois du clip actuel de 15 milliards de dollars alors que les décideurs politiques s’attaquent aux pressions inflationnistes croissantes parallèlement au renforcement de l’économie et du marché du travail au quatrième trimestre.

La menace de l’inflation a rebondi, et la pop à des sommets de plusieurs décennies et des pressions persistantes ont entraîné la décision de “sauvegarde sur la transitoire caractérisation. Le Comité souhaite désormais mettre un terme à cette phase d’adaptation pour gagner en souplesse dans la normalisation. En supposant la fin du QE en mars, de nombreux observateurs de la Réserve fédérale voient un décollage en juin, certains poussant même la première hausse à mai. Il est peu probable que le FOMC commence à décoller si tôt, mais sera plus prudent lors de l’évaluation des conditions. Des augmentations d’un quart de point sont observées en septembre et décembre.

Pour les projections de taux des fonds dans le SEP, les estimations 2022-2023 devraient largement augmenter d’environ 0,3 % compte tenu de la changement radical en politique. La médiane 2022 devrait afficher deux hausses de taux d’un quart de point en 2022, en ligne avec la nécessité d’accélérer la réduction des effectifs du QE pour ouvrir la porte à une hausse des taux plus rapide que prévu. Le Comité sera plus prudent sur les hausses de taux, probablement en retard de plusieurs mois avant le décollage.

De plus, nous ne nous attendons pas à des changements par rapport aux prévisions 2024, en ligne avec l’idée que l’inflation va ralentir. Le SEP a été mis à jour lors de la réunion de septembre et sera de nouveau examiné en décembre. Malheureusement pour la Fed, les prévisions d’inflation seront à nouveau source d’embarras, car elles devraient marquer un cinquième SEP consécutif avec des révisions à la hausse. Le SEP est susceptible de révéler d’importantes réductions pour 2021 des estimations du PIB et du taux de chômage, mais de fortes augmentations des prévisions de prix de la chaîne PCE. Les dernières mises à jour du SEP ont eu lieu en septembre, lorsque les estimations du PIB ont également été abaissées, mais les estimations du taux de chômage ont été légèrement relevées. Les estimations de prix de la chaîne ont été augmentées dans chacune des quatre dernières mises à jour du SEP.

Lors de la séance de questions-réponses, le président Powell se penchera sur les questions habituelles concernant l’énorme dépassement de l’inflation de 2021 et les risques d’inflation auxquels nous sommes confrontés en 2022.

Ce qui suit résume les développements économiques survenus depuis la dernière réunion du FOMC en novembre en ce qui concerne le marché du travail, l’inflation et la consommation.

Le marché du travail : La masse salariale a affiché une solide croissance en 2021, avec un gain moyen de 555 000 jusqu’à présent cette année, après une baisse moyenne de la masse salariale en 2020 de -785 000. Le taux de chômage a atteint un creux lors de la dernière expansion de 3,5% en février 2020, avant de grimper à un sommet de 14,7% en avril 2020. Depuis lors, le taux est tombé à 4,2% jusqu’en novembre, un minimum depuis le début de la pandémie. Le taux d’activité est passé d’un sommet de 63,3 % en 5 ans en janvier et février 2020 à un creux de 60,2 % en 48 ans en avril 2020, avant de remonter à 61,8 % jusqu’en novembre de cette année. L’indicateur des gains horaires moyens d’une année sur l’autre a fortement augmenté en avril 2020 en raison du changement de composition des emplois avec les fermetures, les licenciements étant largement concentrés parmi les employés à bas salaire.

L’emploi dans le secteur des biens a augmenté régulièrement, bien qu’à un rythme modéré depuis le krach d’avril, après une solide amélioration au second semestre 2020. Le secteur des biens est confronté à des vents contraires importants en 2021 en raison de perturbations de la chaîne d’approvisionnement qui étaient moins apparentes en 2020.

L’emploi dans le secteur des services s’est amélioré chaque mois cette année, après une baisse de -356 000 en décembre 2020 qui a plafonné une série de gains importants. Les changements mensuels dans le secteur des services étaient en moyenne de 470 000 jusqu’à présent en 2021, contre -609 000 en 2020, contre 141 000 en 2019 et 131 000 en 2018.

D’autres mesures de la sous-utilisation de la main-d’œuvre incluent ceux qui sont marginalement liés à la main-d’œuvre, les travailleurs découragés et les travailleurs à temps partiel pour des raisons économiques.

La croissance des salaires s’est stabilisée à un rythme soutenu à ou un peu plus de 3 % entre 2018 et début 2020, avant le pic lié à la pandémie qui commence en mars 2020 en raison des licenciements massifs de travailleurs faiblement rémunérés qui a changé la composition de l’emploi. Une augmentation des salaires de 3,0% en glissement annuel en février 2020 a été suivie d’un gain sur deux mois à 8,2% en avril 2020, avant de retomber à 0,3% en mai 2021, mais d’un rebond depuis lors à 4,8% en novembre. Au-delà des effets de base maladroits, la croissance des salaires d’une année sur l’autre a augmenté net avec la pandémie, compte tenu de l’abandon des travailleurs à bas salaire et des pénuries de main-d’œuvre dans un large éventail d’industries.

Mandate

Inflation: Nous avons observé une forte tendance à la hausse des prix des matières premières et des matériaux de construction en 2021 qui relève les perspectives d’inflation pour l’année. Nous avons vu et/et Hausse de l’IPC de 6,8 % en novembre qui a marqué un maximum de 39 ans, 6,2 % en octobre, qui a marqué un maximum en 31 ans, et des gains de 5,4 % en septembre, 5,3 % en août et 5,4 % en juillet et juin, qui ont marqué des sommets de 13 ans.

La jauge d’inflation préférée de la Fed, la mesure des prix en chaîne PCE, a affiché des gains en glissement annuel en octobre de 5,0% pour le titre et de 4,1% pour le noyau, après des augmentations respectives de 4,4% et 3,7% en septembre, laissant des maximums de 31. ans pour le titulaire. et noyau dans les deux mois. Avril 2020 a marqué un point bas pour les mesures d’inflation.

MandateMandate

Consommation: Le PCE réel a fortement décéléré au troisième trimestre avec le début de une baisse des ventes au détailalors que nous dénouons les impulsions de relance par le biais de dépôts directs aux particuliers au premier trimestre. La croissance de la consommation réelle a été de 1,7% au troisième trimestre, après des taux de 12,0% au deuxième trimestre, 11,4% au premier trimestre, 3,4% au quatrième trimestre et le grand zigzag pandémique de 2020 qui a laissé une croissance de 41,0% au troisième trimestre après un taux de contraction de -33,2% au deuxième trimestre. .

El PIB parece estar preparado para un crecimiento cercano al 7,0% en el cuarto trimestre, después de las tasas informadas del 2,1% en el tercer trimestre, el 6,7% en el segundo y el 6,3% en el premier trimestre.

Cependant, les marchés se concentreront sur le verbiage de la Fed lors de la conférence de presse concernant toute indication du moment du début des hausses de taux de la Fed. Les marchés continueront de surveiller dans quelle mesure la Fed tolérera la hausse des taux. Le passage de la Fed à un objectif d’inflation moyenne en 2020 sera testé en 2022.

Cliquer ici pour accéder à notre calendrier économique

Andria Pichidi

Analyste de marché

Avertissement: Ce matériel est fourni en tant que communication marketing générale à des fins d’information uniquement et ne constitue pas une recherche d’investissement indépendante. Rien dans cette communication ne contient, ou ne doit être interprété comme contenant, des conseils d’investissement ou une recommandation d’investissement ou une sollicitation dans le but d’acheter ou de vendre un instrument financier. Toutes les informations fournies sont compilées à partir de sources fiables et toute information contenant une indication des performances passées ne constitue pas une garantie ou un indicateur fiable des performances futures. Les utilisateurs reconnaissent que tout investissement dans des produits à effet de levier est caractérisé par un certain degré d’incertitude et que tout investissement de cette nature implique un niveau de risque élevé dont les utilisateurs sont seuls responsables. Nous n’assumons aucune responsabilité pour toute perte résultant d’un investissement effectué sur la base des informations fournies dans cette communication. Cette communication ne doit pas être reproduite ou distribuée sans notre autorisation écrite préalable.



Lien vers la source