Newsquawk Week Ahead Preview : les faits saillants incluent l’IPC américain, l’IPC chinois, la BCE et la RBA

stocks list


  • LUN: Fin du PMI des services chinois (mai).
  • MER: Annonce de la RBA ; EZ Sentix (juin); EIA STEO.
  • SE MARRIER: Annonce RBI ; Annonce du NBP ; PIB japonais final (T1); Emploi final EZ (Q1) et PIB (révisions Q1).
  • JEU: Annonce de la BCE ; Balance commerciale chinoise (mai).
  • VEN: publicité CBR ; inflation chinoise (mai); IPC Norvège (mai); IPC américain (mai); Rapport sur le marché du travail canadien (mai); Préliminaire de l’Université du Michigan (juin).

REMARQUE : les aperçus sont répertoriés par ordre du jour

Annonce RBA (mardi):

La RBA devrait continuer à relever ses taux, les analystes s’attendant à une hausse de 25 points de base de l’objectif de taux de trésorerie, le portant à 0,60 % par rapport au niveau actuel de 0,35 % ; OIS a pleinement intégré une hausse de 25 points de base, ce qui implique qu’un mouvement plus agressif est probable. Pour rappel, la banque centrale a surpris les marchés lors de sa dernière réunion en proposant une hausse plus importante que prévu de 25 points de base (exp. 15 points de base) et a déclaré que davantage de hausses de taux d’intérêt seraient nécessaires dans la période à venir, ajoutant qu’elle s’était engagée à faire ce qui était nécessaire pour s’assurer que l’inflation australienne revienne à la cible au fil du temps. Le procès-verbal de cette réunion de politique notait que le Conseil avait envisagé trois options : une augmentation des taux de 15 points de base, 25 points de base et 40 points de base, concluant finalement qu’une augmentation de 15 points de base aurait été incompatible avec la pratique historique consistant à modifier le taux de trésorerie en 25 points de base. alors qu’une augmentation de 40 points de base pourrait être justifiée étant donné les risques à la hausse sur l’inflation et le niveau actuel très bas des taux d’intérêt. Le gouverneur Lowe a également gardé la porte ouverte concernant le rythme des augmentations de taux, déclarant récemment qu’il n’exclut pas des mouvements de taux plus importants ou plus faibles à l’avenir, et que le Conseil n’était pas sur une voie prédéfinie. En tant que tel, les attentes concernant la prochaine réunion sont mitigées. Goldman Sachs s’attend à ce que la RBA augmente ses taux de 50 points de base lors de ses deux prochaines réunions ; Westpac a mis à jour son appel de juin à une hausse de 40 points de base par rapport à une vue précédente de 25 points de base ; AMP Capital s’attend à ce que la RBA maintienne un mouvement de 25 points de base ; ANZ Bank a suggéré qu’une hausse de 40 points de base de la RBA en juin serait probablement discutée, mais a averti qu’un indice des prix des salaires de +1,0 % serait nécessaire pour déclencher un mouvement de 40 points de base, et cela ne s’est pas concrétisé avec des prix des salaires inférieurs aux attentes de 0,7 %. vs exp. 0,8 %.

Annonce RBI (mercredi):

Bien que la banque centrale de l’Inde devrait augmenter ses taux, il existe un large éventail d’opinions quant à la mesure dans laquelle le MPC augmentera son taux de prise en pension (actuellement à 4,40 %, taux de prise en pension inversée à 3,35 %), taux de réserve de trésorerie à 4,50 %). . La RBI a surpris les marchés avec une hausse des taux lors d’une réunion hors cycle le mois dernier, augmentant le taux repo de 40 points de base par décision unanime, et a également relevé son ratio de réserve de trésorerie de 50 points de base. Les membres du MPC ont décidé à l’unanimité de rester accommodants, tout en se concentrant sur le retrait de l’accommodement, pour s’assurer que l’inflation reste dans la cible à l’avenir, tout en soutenant la croissance. Depuis cette décision, les décideurs ont clairement indiqué que les taux continueraient d’augmenter. Le gouverneur Das a noté qu’il souhaitait généralement augmenter les taux lors des réunions à venir et que “l’attente d’une augmentation est évidente”. El gobernador también dijo que una razón para la reunión fuera de horario el mes pasado fue evitar un movimiento mucho más fuerte en la próxima reunión, mientras que Varma, miembro del MPC, dijo que se necesita un aumento de la tasa de más de 100 pb très vite. Ces intentions de resserrer la politique de la banque centrale ne sont pas trop surprenantes compte tenu de l’environnement inflationniste croissant ; les dernières données de l’IPC sont passées à 7,79 % par rapport à Exp. 7,5 % (Prev. 6,95 %), par exemple, un niveau supérieur à la plage de tolérance de 2 à 6 % de la banque centrale, et a partagé les prévisions des analystes entre des hausses de 25 bps à 75 bps pour la semaine prochaine.

Annonce de la BCE (jeudi):

Depuis sa précédente réunion, l’inflation de la zone euro a continué de se redresser, passant de 5,9 % en GA à 7,4 % en GA en avril, puis à 8,1 % en mai. Cela a provoqué un sentiment d’inquiétude au sein de la banque centrale, ce qui s’est traduit par un ton de plus en plus agressif de la part des membres du Conseil des gouverneurs. Un article de blog de mai écrit par la présidente Lagarde s’est écarté de sa position généralement sans engagement; il s’attend désormais à ce que « les achats nets dans le cadre du PPP se terminent très tôt au troisième trimestre. Cela nous permettrait de décoller les taux lors de notre réunion de juillet ». En outre, il a ajouté que “nous serons probablement en mesure de sortir des taux d’intérêt négatifs d’ici la fin du troisième trimestre”, ajoutant que “même lorsque les chocs d’offre s’estomperont, il est peu probable que la dynamique désinflationniste de la dernière décennie se redresse”. . retour.” Cela a été considéré comme donnant le feu vert à l’arrêt des achats de PPP à partir du 1er juillet, ouvrant la voie à des hausses de taux lors des réunions de juillet et de septembre, ont déclaré les analystes. du besoin pressant de modifier les taux, la séquence actuelle entre les achats d’actifs et les hausses de taux signifient qu’une hausse des taux de dépôt n’interviendra pas dans la collusion de juin est peu susceptible d’être résolu lors de la prochaine réunion étant donné que la discussion sur l’ampleur d’une augmentation est susceptible d’être une caractéristique de la réunion de juillet En termes de prix de marché, au moment de la rédaction, le marché recherche environ 120 points de base de resserrement cette année, ce qui impliquerait des augmentations de 25 points de base au cours des quatre réunions réunions après juin, avec une probabilité croissante d’une augmentation de 50 points de base lors de l’une de ces réunions. Compte tenu du besoin de flexibilité et du manque de certitude entourant les perspectives de la zone euro, il est difficile d’entrevoir la justification que les acteurs du marché obtiendront pour la trajectoire de taux susmentionnée. On nous présentera également le dernier lot de projections macroéconomiques de la Banque, qui entraînera inévitablement une mise à jour de la prévision actuelle de 5,1 % pour l’inflation de 2022. Les prévisions à plus moyen terme et leur alignement sur les 2 % seront plus intéressants. de la Banque. Enfin, les journalistes utiliseront probablement le segment des questions-réponses pour griller Lagarde sur les rapports d’un “nouvel outil” conçu pour lutter contre la fragmentation dans la zone euro alors que la BCE commence à normaliser sa politique. Cela dit, il est peu probable que Lagarde fasse beaucoup de compromis sur ce front, mettant plutôt l’accent sur la flexibilité des outils existants.

Balance commerciale chinoise (jeudi):

La balance commerciale de mai devrait s’être légèrement contractée pour atteindre un excédent de 50,65 milliards de dollars (auparavant 51,12 milliards de dollars). Les blocages et les arriérés de ports au cours du mois ont probablement eu un impact négatif sur les données. Depuis lors, cependant, la Chine a pris des mesures pour stabiliser les vents contraires causés par sa situation COVID dans les chaînes d’approvisionnement, levant prudemment les restrictions jusqu’en juin. À l’avenir, les analystes surveilleront également l’évolution du commerce entre les États-Unis et la Chine ; Le secrétaire adjoint au Trésor américain, Adeyemo, a déclaré cette semaine que l’administration Biden envisageait de réduire certains droits de douane sur les produits chinois, tandis que le représentant américain adjoint au commerce importe, tandis que l’USTR cherche un réalignement stratégique avec la Chine et une structure tarifaire qui a du sens.

Inflation chinoise (vendredi):

L’inflation devrait avoir diminué en mai, avec un taux annuel des prix à la consommation prévu à 1,8 % sur 12 mois (auparavant 2,1 %), tandis que l’IPP annuel est estimé à 7,7 % sur 12 mois (auparavant 8,0 %). Le mois a été limité par les fermetures à Pékin et à Shanghai, qui ont depuis été assouplies. En outre, la baisse attendue s’accompagne également de rapports selon lesquels la Chine achète du pétrole russe à prix réduit, s’attaquant ainsi à l’un des principaux moteurs de la hausse du coût de la vie dans presque tous les pays. D’un autre côté, les bureaux ont signalé que la hausse des prix du porc qui a commencé à la mi-mars pourrait se poursuivre.

Annonce CBR (vendredi):

Certains pensent que la politique plus souple de la banque centrale russe a contribué à stabiliser les perspectives de croissance. Un sondage Reuters a vu les prévisions économiques s’améliorer en mai malgré les sanctions imposées au pays à la suite de son agression contre l’Ukraine. Sur le front des prix, l’enquête de Reuters a suggéré que l’inflation devrait passer de 8,4% en 2021 à 16,4% d’ici la fin de cette année, les analystes ramenant leur vision des prévisions faites en avril, alors que le consensus prévoyait une hausse de l’inflation à plus de 20%. .% cette année. L’enquête a indiqué que cela devrait continuer à donner à la CBR la possibilité de baisser davantage ses taux ; a réduit son taux directeur de 300 points de base à 11,00 lors d’une réunion imprévue en mai, et les analystes estiment que les taux pourraient tomber à 8,00 % d’ici la fin de cette année (en avril, on s’attendait à ce que les taux finissent par tomber à 10,5 % cette année ).

IPC américain (vendredi):

Comme le montre la réponse du marché aux données d’avril, le ralentissement des taux d’inflation annuels pourrait ne pas suffire à alimenter les récits de “pic d’inflation”, les traders souhaitant apparemment également voir une baisse des mesures mensuelles. Pour le rapport de mai, la rue s’attend à ce que les prix de base de l’IPC augmentent de 0,5 % m/m, ralentissant par rapport au rythme de +0,6 % d’avril ; Cependant, la mesure globale de l’IPC devrait augmenter à +0,7 % m/m contre +0,3 % en avril, tirée par les composantes alimentaires et énergétiques alors que les prix de l’essence continuent d’augmenter, et au milieu des perturbations de la chaîne d’approvisionnement causées par la Russie. agression en Ukraine. Le Credit Suisse écrit que “l’écart entre les tarifs aériens IPC et PCE (qui est basé sur le PPI) s’est maintenant refermé”, et la banque s’attend à “des voyages d’été intenses et un passage continu des dépenses en biens aux services pour soutenir un niveau élevé de transport aérien”. tarifs, mais la croissance devrait fortement ralentir par rapport à ses valeurs élevées des deux derniers mois.” Les analystes continueront également de surveiller la composante des prix des véhicules d’occasion, CS notant que les données de Manheim pour les prix de gros en mai ont rebondi, ce qui pourrait suggérer que les baisses observées dans les trois derniers rapports sur l’IPC, il est peu probable qu’ils se répètent en mai, CS pense également que les prix de l’immobilier resteront fermes, tandis que les risques d’inflation des biens ont augmenté en raison des perturbations de la chaîne d’approvisionnement dues aux blocages en Chine “Dans l’ensemble, nous prévoyons une inflation annuelle probable culminer en mars, mais les lectures mensuelles de l’inflation devraient rester inconfortablement au-dessus de l’objectif de la Fed pour les mois à venir”, écrit la banque, “la Fed est déterminée à relever les taux de 50 points de base lors des réunions de juin et de juillet, mais recherche des signes de ralentissement de l’inflation pour soutenir le passage à 25 bps en septembre ».

Cet article est initialement paru sur brailler.



Lien vers la source